Mostellaria: quid Plautus nos docuerit

Mostellaria Italice picturis exposita (a “Random Fandom”)

Haec pictura sumpta est de pulcherrima pellicula a “Random Fandom” confecta et apud Tutubulum foras edita (vide supra nexum).

Pas si facile, finalement, d’écrire au fil des semaines et de nos rencontres. Cet article et le prochain feront plutôt office de compte rendu et de bilan de ce que nous avons appris lors des séances du CLIO de l’automne écoulé, tant du côté de Virgile le mercredi, que le vendredi, en particulier lors de la séance de 17-18h. Je fais le choix d’écrire ici majoritairement en français pour n’effrayer personne, en gardant néanmoins cette idée que ce blog peut être aussi un lieu d’essais en latin, de ma part ou de la part d’autres ductores, ductrices, et partecipes du Circulus Latinus Insulensis OnLine.

Plaute a manqué à beaucoup d’entre nous dans le cursus des études. Or nous savons qu’en le lisant nous pouvons gagner maintes expressions courantes, utiles pour la conversation en latin ou pour écrire en latin simplifié – moins, sans doute, pour déployer la grande éloquence, mais ce n’est pas vraiment notre but, en tout cas pas pour le moment!

J’avais choisi la Mostellaria parce que je voulais aussi commencer à observer de près l’adaptation qu’en a faite Rachel Beth Cunning, une enseignante américaine qui a déjà écrit plusieurs ouvrages en latin dit “compréhensible” (Medea et peregrinus pulcherrimus, Cupido et Psyche, Pegasus et Bellerophon…) et qui alimente très régulièrement un blog très riche, Bombax Press. Avec Arianne Belzer-Caroll elle anime aussi sur you tube ce rendez-vous bi-mensuel tam iucundum quam utile qu’est “Bene narras“, où les deux autrices font profiter les auditeurs-spectateurs de leur expérience de l’écriture créative en latin.

En plus de “sa” Mostellaria – car on peut dire qu’elle a fait sienne la pièce de Plaute dans l’ouvrage évoqué ci-dessus -, Rachel Beth Cunning a mis en forme des matériaux pédagogiques considérables autour de la comédie d’origine et de sa propre version. Beaucoup est disponible sur le site dont j’ai indiqué le lien (voyez même plus précisément ici), et tout juste hier (27 Decembris mensis 2020), elle a annoncé que le “Guide de l’enseignant pour enseigner la Mostellaria” (Teacher’s Guide to the Mostellaria) était fin prêt: il est possible d’acquérir l’ouvrage dans laquelle Rachel B. Cunning a rassemblé ses travaux préparatoires ou d’accompagnement aux différentes scènes de sa Mostellaria. Bref, beaucoup de travail impressionnant et exploitable à propos d’une pièce que, personnellement, j’aurais ainsi très envie d’enseigner à mes étudiants!

*

Nous avons passé quatre séances à parler de Plaute, de ses mots, des deux premières scènes de cette fabula intitulée Mostellaria, c’est à dire la Comédie “au petit monstre” – il s’agirait en fait du fantôme dont on essaie de faire croire au père qu’il habite désormais sa maison, de manière à ce qu’il n’y entre pas et ne voie pas ce que son fils, ses esclaves et ses ami.e.s en ont fait (pour le dire vite, un lieu de débauche) pendant qu’il était à l’étranger.

Au fil des séances, j’ai réuni un ensemble de documents, que vous pouvez consulter en suivant ce lien. Nous avons commencé par rassembler – et par nous communiquer en latin – ce que nous savions sur Plaute et son oeuvre. J’avais proposé en amont d’écouter ou de réécouter le (premier) podcast, sive acroama, d’Irene Regini (Satura Lanx) sur Plaute. Nous sommes aussi entré.e.s dans la pièce – qu’aucun de nous n’avait lue ou étudiée auparavant – en lisant l’argumentum en latin, rendu remarquable par l’acrostiche qu’il comporte.

Je reproduis ici ce qui, dans le document qui nous a servi de document de travail, a trait à ce (para)texte.

Argumentum fabulae Plauti quae inscribitur Mostellaria [aetate Antoninorum, ed. Lindsay 1904]

Manu misit emptos suos amores Philolaches
Omnemque absente rem suo amisit patre.
Senem ut revenit ludificatur Tranio:
Terrifica monstra dicit fieri in aedibus
Et inde pridem emigratum. Intervenit
Lucripeta faenus faenerator postulans.
Ludosque rursum fit senex: nam mutuom
Acceptum dicit pignus emptis aedibus.
Requirit quae sint: ait vicini proxumi.
Inspectat illas. Post se derisum dolet.
Ab sui sodale gnati exoratur tamen.

Voici quelques éléments de praelectio, qui nous ont aidés dans la lecture-compréhension de ce texte.

Vocabula difficiliora, definitiones:

  • Manu misit: libertam/liberam P. fecit ancillam vel meretricem quam amat
  • Absumit: consumit omnes divitias (e.g. magnificas cenas parando)
  • Ludificatur (ludifico): fallit senem, facitque eum ridiculum
  • Lucripeta: qui lucrum petit
  • Faenerator: creditor, qui pecuniam collocat, dat “fenori”; fenus (fenus, fenoris, n.) = lucrum quod facit fenerator locando pecuniam “fenore”. Mirum didicimus (sed idem fit Graece): e “fetu” “fenus” dictum est quod “fenore” pecunia alios nummos quasi pariat!
  • Ludos fit: ludificatur, fallitur
  • Mutuum pignus: fenus, pecuniam fenori datam
  • Exoratur: placatur (sodalis filii facit ut senex non nimium irascatur)

Rogata

Cuius partes agit X (religa nomina)?

Philolaches

Tranio

? (nomen non legitur in arg.)

servus callidus

senex iratus

adulescens amans

Quid de aliis personis?

Quomodo (quibus verbis) meretrix indicatur? “amores”

Quae aliae personae apparent in argumento? “Faenerator”; “sodalis” filii

“Mostellaria” quid significat?

Quod vocabulum satis similis vocabuli “mostellaria” legitur in textu? Monstra (> mostellum, pl. mostella)

Ubinam “Mostellaria” ipsa legitur in ipso textu? Initio singulorum versuum, nam hic carmen est “acrostichis” (acrostichis, acrostichidis, f.)

Nous avons expliqué une première fois ensemble cet “argument” – scil. Latine. Pour la rencontre suivante, j’avais préparé un jeu de mots-croisés (vous le trouverez dans le dossier), reprenant des éléments majeurs de la Vita Plauti que nous avions retracée et des mots remarquables de l’argumentum. Cet argumentum, nous l’avons repris et reformulé trois fois en tout – parce que des sodales venaient qui n’avaient pas assisté à la première explication mais aussi parce que cela a été nécessaire pour assimiler vraiment certains termes. Je pense en particulier à faenerator (fenerator) et fenussynonyma sunt “usuarius” et “usura”. Ces mots nous ont permis de fixer le vocabulaire de l’emprunt et du prêt, aussi au sens large: mutuari aliquid ab aliquo (sumere aliquid mutuum) # commodare aliquid alicui (dare aliquid mutuum)

Dans les séances suivantes, nous avons lu et expliqué la quasi intégralité des deux premières scènes.

In prima scaena duo servi, Tranio et Grumio, inter se litigant et ille omnibus viribus efficit ut Grumionem ex aedibus senis mox redituri (c.n. Theopropides) expellat. Nam Grumio valde reprehendit mores eorum qui in his aedibus versantur et luxuriose vivunt, inprimis illius Theopropidis filii qui Philolaches nominatur quique probe educatus sit. In eo autem differunt inter se duo servi quod alter “urbanum scurram” (cf. Most. 15) se esse gaudet (ei libet “amare, scorta ducere, potare” et haec facit [su]i tergi”, cf. v. 36-37), alter ruri melius vivat. Per totam scaenam convicia sunt multa: non tantum “furcifer”,  “mastigia”, “dierecte”, sed etiam “frutex”, “nidor”, “erilis permities” (= pernicies). E quibus vocabulis pleraque una conati/ae sumus explicare et Francogallice vertere. Exercitium fuit cum iucundum tum utillimum, etiam si talia verba speramus nos haud saepe usurpaturos/as esse! 

Philolaches inducitur in secunda scaena, cui consilium praesens est demonstrare similitudines inter aedes et homines. Quod efficit tribus partibus, scil. de aedibus, de hominibus, de se ipso. Nam aedes novae quae struuntur dum probos diligentesque incolas habent integrae esse possunt; quae autem si homines nequiores eo “immigraverint” (cf. v. 105) atque improbi incolae fuerint, mox ruuntur neque etiam refici possunt. Idem accidit hominibus qui ab optimis “parentibus-fabris” instructi sunt sed, ut primum ab eis discesserunt, improbissimi ipsi facti sint. Hoc ipsum sibi evenisse adulescens putat; nequam enim se evasisse scit. Ut hanc scaenam tractaremus nos divisimus in greges et partecipes uniuscuiusque gregis explicationem summariumque paraverunt partis textus quae sibi tribuata fuisset; deinde omnes in idem conclave rursus convenimus et alii aliis partes orationis (vel cantus) Philolachis exposuerunt. Cum sat celeriter textum perlegissemus aliquot sententiae minus perspicuae fuerunt, sed in universum hoc experimentum nobis bene cessit et comparatio illa, h.e. inter domus et homines, studium nobis valde excitavit ac nos movit.

Je reprends en français: nous avons donc abordé chaque scène de manière différente, nous concentrant plutôt sur les mots hauts en couleurs dans la première, scène de dispute et même de bagarre – nam Tranio Grumionem verberat: ut legimus apud editionem in usum Delphini, “ei colaphos impingit” -; dans la seconde, qui présente cette comparaison si saisissante entre les maisons et les hommes, nous avons plutôt essayé, par groupes, de rendre compte d’une grande partie du texte en nous efforçant de le comprendre assez rapidement et d’en produire ensuite un résumé qui le rende compréhensible aux autres – et ce fut le cas.

Hi versus (120-122) praesertim nos (sive parentes sive magistros/as sive etiam liberos) delectaverunt: 

primumdum parentes fabri liberum sunt:
ei fundamentum substruont liberorum;
extollunt, parant sedulo in firmitatem

Il m’a fallu personnellement beaucoup de temps pour préparer ces séances plautiniennes parce que, non familière des mots et des tournures, j’ai essayé de m’approprier le plus grand nombre et que j’ai approfondi le cas – le sens, l’usage – de nombre d’entre eux. Mais cela ne doit évidemment pas dissuader de lire Plaute, dont le sens général est accessible. 

*

Nous y reviendrons sans doute à l’occasion d’autres scholae. Le dernier exercice que nous n’avons pas pu faire, faute de temps, consistait à discuter encore du rapprochement entre hommes et maisons. Dans cette optique, j’avais retenu des exemples de la série des “Femmes maisons” composée par l’artiste française Louise Bourgeois: nous aurions pu discuter du sens de ces oeuvres au temps de leur création (1946-1947), mais aussi, en assumant de détourner ce sens, au temps de nos “confinements”.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Séverine Clément-Tarantino (28 décembre 2020). Mostellaria: quid Plautus nos docuerit. CLIO. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mxqz


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Unknown dit :

    Gratias tibi Severina (sed possum dicere gratias VOBIS, cum Valentine et Theo)! Hic sunt multae res bonae ut sciamus quid fecistis (aderam aderoque in prima sessione de 17.00 ad 18.00). Puto explicationes tibi utiles esse ut intellegamus. Exercitationes "Mots-croisés" utiles sunt quamquam aliquando difficiles sunt.

    Rursus gratias!

    In proximum!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search